laatste zinnen (76)

door johan_velter

laatste-zinnen_76

Heureux les hommes du soleil levant s’ils savent comme Piero s’établir dans une sagesse, mais plus vrais sans doute ceux de l’ombre. Ils aperçoivent un autre règne, réel, illuminé au loin dans leur nuit, et le contraire des grands chapeaux de Piero della Francesca est peut-être avant tout ce moment presque absolu dans le Don Juan de Mozart, lorsque les masques s’avancent sur le seuil obscur de la fête : O belle machere, cosa chiedete ? Un art, non plus de la construction impraticable de l’être, mais de l’existence et du destin.

Yves Bonnefoy, L’humour, les ombres portées in La seconde simplicité (Mercure de France, 1961)

Advertenties