laatste zinnen (61)

door johan_velter

laatste zinnen_61

La fin de Lautréamont garde on ne sait quoi d’irréel. Attestée par la seule parole de la loi et dans la brève mention de l’acte de décès, « décédé … sans autres renseignements », aussi rapprochée que possible de la banalité, il semble qu’elle manque, n’ayant pas eu besoin d’arriver pour avoir lieu. C’est par sa fin, si étrangement effacée, que Lautréamont est devenue, à jamais, cette manière invisible d’apparaître qui est sa seule figure, et c’est dans l’incognito de la mort qu’il est, aux yeux de tous, enfin manifesté, comme si, il avait peut-être trouvé la mort, mais aussi, dans la mort, le moment juste et la vérité du jour.

Lautréamont et Sade, Maurice Blanchot, Minuit 1976 (1963)

Advertenties