les douze mois (5) – mei

door johan_velter

mei_gebroeders van limburg

(Mai)
La petite vierge

La petite Vierge Marie
passe les soirs de mai par la prairie,
ses pieds légers frôlant les brumes,
ses deux pieds blancs comme deux plumes.

S’en va comme une infante,
corsage droit, jupes bouffantes,
avec, à sa ceinture, un bruit bougeant
et clair de chapelet d’argent.

Aux deux côtés de la rivière
poussent pas tas les fleurs trémières,
mais la Vierge, de berge en berge,
ne cherche que les lys royaux
qui s’érigent au bord de l’eau
comme flamberges.

Et puis saisit entre ses doigts,
un peu roides de séculaire empois,
un insecte qui dort, ailes émeraudées,
au cœur des plantes fécondées.

Et de sa douce main, enfin,
détache une chèvre qui broute
à son piquet, au bord des routes,
et doucement la baise et la caresse
et gentiment la mène en laisse.

Alors, la petite Vierge Marie
s’en vient trouver le vieux tilleul de la prairie,
dont les rameaux pareils à des trophées
recèlent les mille légendes.

Et, humble, adresse enfin ces trois offrandes,
sous le grand ombre, aux bonnes fées,
qui autrefois, au temps des merveilleuses seigneuries,
furent comme elle aussi
les bonnes dames de la prairie.

Emile Verhaeren, Les douze mois (1895) (Poésie complète 7, AML éditions, 2009)
Beeld : De gebroeders van Limburg, Mei, Les très riches heures du Duc de Berry (begin 15de eeuw)

Advertenties