gij zot

door johan_velter

gij zot_sfcdt

Ah, rions un peu pendant que l’heure
Le souffre ;
Ah, rions sur le bord
Du gouffre.
Oh, si bon il est de rire,
Quand on pense
Que nos cœurs loyaux n’auront point
Leur récompense.

Si j’avais toujours
Votre front proche,
Je serais sans peur
Et sans reproche.
Mais loin de vos yeux
Je m’assimile
Au fou qui combat
Contre mille.

Jean Moréas, A Jeanne (Le pèlerin passionné, 1891)

Advertenties