het werk van een schrijver

door johan_velter

Er is geen sprake van een zwakke cultuur, of een wankele intellectuele positie ; Henry de Montherlant spreekt vanuit een heden, een bewustzijn dat doordesemd is van cultuur, hij weet zich in een traditie staan, niet een traditie die verkalkt is maar in elke generatie weer levendig gemaakt wordt.

Hij kent niet de huidige angst van de legen die, omdat ze hol klinken, zich moeten vullen met het hedendaagse en daarom ‘het volk’ niet durven tegemoet te treden. Enerzijds bestaat dat volk uit de traditioneel zwakkere klassen (materieel maar ook intellectueel en cultureel), en uit de collaborateurs die het volk vanuit een populisme vervoegen, anderzijds is dat volk een allochtone meerderheid. Twee stromingen komen samen: het eigen volk en de vreemdeling, de allochtoon, en omdat de moraal zwak is, worden beide groepen met elkaar vermengd en komt de maatschappij stil te staan. Elk streven tot lotsverbetering wordt immers afgedaan als een racisme en elke bevestiging van de domheid van het volk wordt als een positieve daad gezien, ja zelfs naastenliefde genoemd of erger nog, iets dat ooit socialistisch moet geweest zijn. Het verschil toen en nu: een functionele, intelligente analyse wordt verstoord (besmet, bevuild) door een sentimentele, moralistische, kleinburgerlijke oprisping. De empathie blijkt in haar tegendeel te verkeren: onverschilligheid en de weg naar de hel opsturend. Niet empathie is een deugd, wel de sympathie: de tweede laat de mens in zijn recht staan maar gaat met hem op weg; empathie is het gevoel van de stilstand omdat het slechts bevestigt wat reeds is (en nog zal zijn).

Elke daad, elk onderdeel van de maatschappij kan bekeken en becommentarieerd worden : alles is object voor het oog van een subject. Alles is illusie en alles moet beseft worden – het zijn de beesten die leven als mensen. Net als bij André Gide, is het alsof men een nieuw menstype ontwaart, beschrijft, verhoopt – ook dan in en door de negatie. Henry de Montherlant lezen is een maatschappelijk lezen, een besef van wat een mens is en kan zijn – maar steeds weer illusieloos. Dit is een republikeinse moraal.

« Tout cela est si bas que nous ne nous sentons pas le cœur de poursuivre. » (Henry de Montherlant, Les célibataires, Le livre de demain, Fayard, 1936 (1ère éd. 1934), p. 72)

« Comment répondrons-nous aux aigris, quand ils nous diront qu’un sur deux parmi les gens en place, dans une société quelconque, sont non seulement des imbéciles au sens général du mot, mais même des hommes qui ne connaissent rien à leur partie et ont réussie par la grâce de Dieu ? » (p. 75)

« Cela semble trivial à dire , mais il faut le dire : le défaut de relations est un des grands malheurs de la société. » (p. 75)

« Depuis la scène que nous avons décrite, […]. » (p. 78)

« […] alors que, du moins à notre époque, le seul luxe est l’authenticité. […] rien n’est beau que le faux, le faux seul est aimable. » (p. 79)

« Une des joies des vrais riches, c’est de faire croire qu’ils sont pauvres. » (p. 90)

« Si nous n’avons pas décrit plus fortement les sentiments de M. de Coantré au cours de cette nuit, c’est que ces sentiments n’étaient pas plus forts. » (p. 96)

« Voici le rapport entre ces deux faits. » (p. 97) en « Ici, nous devons faire un retour en arrière analogue à celui que nous avons fait pour M. de Coantré : M. Elie et les femmes. » (p. 98)

« O hommes, toujours à tenter le destin ! » (p. 100)

« Longtemps, dans son fauteuil, le baron garda ce beau visage grave qu’ont les hommes – et qui donne presque l’illusion de la pensée, – quand ils viennent de perdre de l’argent. » (p. 102-103)

« […], la cendre de cigarette, – la trace dégoûtante que le mâle laisse derrière lui. » (p. 106)

« Nous ne nous sommes pas beaucoup étendus, au cours de ce récit, sur les relations entre M. de Coantré et la Mélanie, parce qu’elles étaient les relations classiques entre maître et serviteur dans une société sans autorité et sans ordre, et où le premier mouvement d’un chacun, au premier événement, est de ne tenir pas sa place. » (p. 109)

« Tout cela est si affreux que nous n’avons pas le courage de le décrire. » (p. 114)

« On ne comprend rien à la vie, tant qu’on n’a pas compris que tout y est confusion. » (p. 127)

« […] ces sentiments avaient peu d’importance ; un hasard les faisait ce qu’ils étaient ; tous les sentiments sont ainsi. » (p. 132)

« […] de vouloir ceci plutôt que cela, de croire ceci plutôt que cela ; tout cela, en fin de compte, était la même chose ; cela n’avait été, pour les uns comme pour les autres, qu’une façon de passer le temps, […]. » (p. 134)

« C’est une grande erreur que faire une confiance illimitée à la méchanceté des hommes : il est rare qu’ils nous fassent tout le mal qu’ils pourraient. » (p. 140)

« Ainsi sont les hommes ! » (p. 128)

Advertenties